Webmarketing

Facebook et le “Power Editor”

Facebook est un véritable levier marketing, c’est même l’un des plus puissant sur le marché par rapport à son coût d’acquisition. L’objectif pour les entreprises  ? Optimiser l’impact publicitaire. 

Astuces qui permettent d’atteindre des résultats très importants

Le power éditor est un outil professionnel que Facebook met à notre disposition pour exploiter toutes les capacités du Facebook marketing (en revanche faites attention, il est utilisable uniquement sur Google Chrome).

Il va nous permettre de faire beaucoup plus de choses qu’avec l’outil de gestionnaire de publicité actuel (qui est l’outil de base de Facebook). Par exemple, nous allons pouvoir taguer les noms de campagnes (par exemple “campagne de likes”) pour pouvoir les récupérer pour un autre client. Cet outil va également permettre une segmentation plus fine pour cibler une audience.

Il permet notamment la modification en masse (duplication en un clic des campagnes) pour, par exemple, changer l’audience. Il est d’ailleurs possible d’utiliser des groupes cibles enregistrés, c’est à dire placer une audience définie (personnes qui habitent en France, qui ont un iPhone…). On va pouvoir catégoriser toutes ces données et les enregistrer afin de les réutiliser pour d’autres campagnes, ce qui est un réel gain de temps. Les audiences sont primordiales pour capitaliser l’impact publicitaire.

Les groupes cibles : audience préalablement définie (par exemple un homme qui habite en France, qui utilise un iPhone…etc).

 

Pensez à utiliser le calendrier de diffusion, qui permet de diminuer le coût d’une campagne, puisque la publicité ne sera diffusée qu’à certains moments de la journée. Il faudra donc regarder les statistiques de ces pages : s’il y a moins de personnes connectées sur votre page entre 1h et 7h du matin, il n’est pas utile de faire de la publicité (gains d’argent).

Il est important de maximiser les conversions. Grâce au power éditor on va pouvoir sélectionner les pixels qu’on aura préalablement créés. Facebook va ensuite les optimiser pour la publicité.

Comment économiser 30% de son budget en deux clics

Le DUR : Daily Unique Rich (portée unique quotidienne)

Il permet de diffuser la publicité une seule fois par jour à l’audience. Cela évite ainsi le phénomène de fatigue. En utilisant le CPM (coût pour mille) on peut économiser jusqu’à la moitié du budget (cela correspond au capping dans la publicité). Il y a une limitation de la publicité, donc une optimisation du budget et une limite du phénomène de fatigue.

Le placement publicitaire

Si le site n’est pas responsive, il n’est pas utile de payer pour des personnes qui n’auront pas accès au site. Il faudra donc couper la diffusion au mobile (gain de 40% du budget) ou la limiter seulement à l’iPhone par exemple s’il n’y a pas d’application Androïd.

Comment créer des audiences qui convertissent un maximum

Les audiences qui ont la meilleure performance sont les fans, viennent ensuite les amis des fans (FOF) dont le coût est bas. C’est un facteur qui convertit bien. L’audience est créée par le créateur d’audience (retargeting du site internet), pour définir un profil type moyen. Pour cela, il est important de segmenter un maximum. On peut également intégrer un listing d’e-mail pour que Facebook puisse créer une audience similaire. Plus on aura de similarité plus la publicité sera impactante. Attention : il faut éviter au maximum de mettre tous les centres d’intérêts ensemble.

Comment avoir le meilleur rapport quantité/prix avec son budget

Il est nécessaire de combattre le phénomène de fatigue et la perte de budget. En effet, il est important de définir le montant maximum qu’on est prêts à payer pour une conversion. Un conseil : mettre toujours un peu plus que ce que l’on a prévu. Si le montant indiqué est trop bas, cela va couper la publicité. Donc, au départ, laissez Facebook travailler et choisissez le prix indiqué comme prix maximum. L’objectif principal étant d’optimiser le ROI.

Analyser les données via l’outil de reporting

Ajouter la colonne Data Breakdown avec la colonne Cross Device vous permettra d’identifier d’où vient le dernier clic de conversion. Cela permet de modifier le budget et d’identifier les sources rentables mais aussi de voir celles qui ne fonctionnent pas et de les arrêter.

Il faut bien définir les objectifs de conversion et voir ce qui marche ou non et utiliser le reporting. Toutes ces choses font la différence entre les personnes qui savent ce qu’elles font et celles qui ne savent pas.

Si nous devions résumer le power éditor en quelques mots : tags, segmentation, optimisation, modification en masse, options de ciblage, pixels de conversion, groupes cible.

Maintenant à vous de jouer !

 

Sources :  Resonews  – Franck Rocca – Nouveautés du Power Editor 

Déclinaison de logo : son importance dans la charte graphique

Site de police d’écriture : notre sélection pour le digital !

WordPress vs Symfony : lequel choisir pour mon projet ?