Site Web

Inspiration design : JR “Artiviste urbain”

Né à Paris en 1983, JR est un street artist utilisant le collage photographique pour exprimer son art. Alors qu’il entame sa carrière dans le graffiti puis s’essayant à la photo par la suite, il gagne en renommée grâce à différents projets tout au long de sa carrière.

 

L’humain au centre de l’inspiration

 

JR commence ses premiers collages de manière illégale. Au départ, il prend en photo des personnes qu’il rencontre à travers ses voyages et colle leurs photos partout dans la ville. Le début de la reconnaissance commence avec un projet porté par Ladj Ly (membre de Kourtrajmé et réalisateur des Misérables). Ce dernier découvre les photos des amis graffeurs de JR et lui propose d’afficher ces portraits sur les murs de la cité des Bosquets de Montfermeil. Choqué par l’état de la cité, JR décide de donner la parole aux habitants de ce quartier, notamment en affichant en grand leurs portraits sur les murs des bâtiments.

 

En découlera une image aujourd’hui iconique de Ladj Ly. Tenant sa caméra comme une arme à feu, il dénonce ainsi les bavures policières et la violence sociale de ces quartiers.

 

Photo de Ladj Ly par JR en 2004

Photo de Ladj Ly par JR en 2004

 

L’engagement, source d’inspiration d’un artiste

 

À la suite de cette expérience, JR se rend compte que l’image portée par les médias sur des lieux de vies n’est pas forcément la bonne.

 

« Lartiviste » pense que ce qui est valable en France doit l’être ailleurs dans le monde. Il part alors au Proche-Orient à la frontière Israélo-palestinienne pour discuter avec les habitants des deux côtés, séparés par un mur. JR se rend ainsi compte que les gens se ressemblent bien plus que ce qu’on veut leur faire croire. JR décide donc de photographier les habitants des deux côtés et d’afficher leur métier sans donner leurs nationalités afin de montrer les similitudes entre les habitants des deux zones.

 

Un combat pour les femmes, « pilier de nombreuses civilisations »

 

Par la suite, il parcourt le monde dans le but de donner davantage de visibilité aux femmes qu’il qualifie comme le pilier de nombreuses civilisations. En découle alors un documentaire “Women are heroes” qui met en avant le travail des femmes et leurs rôles dans la société. Du Brésil au Liberia, des portraits gigantesques sont affichés sur les murs de bâtiments, de villes et de monument. Pour l’ensemble de ce travail, il reçoit le TED Prize d’une valeur de 100 000 dollars dont il se servira pour le projet “Inside out”.

 

Collage d’affiches pour le projet “Women are heroes”

Collage d’affiches pour le projet “Women are heroes” sur les murs des favelas au Brésil.

Transformer des histoires en œuvres d’art

 

“Inside out” est un projet participatif permettant à chacun de créer une “action” et ainsi de faire résonner la voix des participants à travers le monde. Pour cela, les participants envoient leurs portraits et peuvent les utiliser pour les coller partout dans le monde. Plus de 2 000 actions ont ainsi été créées à travers 138 pays autour de sujets aussi variés que le changement climatique, la diversité, l’éducation, etc.

 

Dans le troisième arrondissement de Lyon, vous pouvez y voir une de ces actions à la maison Garibaldi. En effet, le mouvement Habitat et humanisme a fait imprimer 500 visages et les a exposés dans 30 villes de France.

 

Maison Garibaldi mouvement habitat et humanisme

Source le progrès (photo par Clément Joël SOALLA)

Les dernières réalisations de « l’artiviste »

 

Par la suite, l’artiste participe à plusieurs projets différents. En 2015, il rend hommage aux immigrants passés à Ellis Island à travers un court métrage d’Eric Roth et comme seul acteur Robert De Niro. Le court-métrage est une mise en lumière de l’arrivée des immigrants pour bâtir l’Amérique. Il questionne sur leur sort aujourd’hui à travers le monde.

 

Début 2016, JR permet aux enfants de travailler le collage au Centre Pompidou. En 2017, il travaille avec Agnès Varda sur le court métrage “Visages, villages”.

 

En 2018 il décore le restaurant solidaire Reffetorio du chef Massimo Bottura.

 

JR au Louvre et le Secret de la Grande Pyramide

 

En 2019, il s’attaque au plus gros projet de collage de sa carrière en collaboration avec le musée du Louvre. En effet, sur la place Napoléon, une énorme fresque nécessite l’aide de 400 bénévoles pour une illusion d’optique mettant en perspective la pyramide du Louvre. L’œuvre éphémère attire de nombreux curieux et les photos postées par l’artiste rendent le travail impressionnant.

 

JR au Louvre et le Secret de la Grande Pyramide

JR au Louvre et le Secret de la Grande Pyramide, 30 Mars 2019, 6h50 © Pyramide, architecte I. M. Pei, musée du Louvre, Paris, France, 2019 ©️ JR

La conscience de l’image

 

JR fait partie de ces artistes qui, à travers leurs œuvres, veulent faire passer des messages. Il donne la parole à ceux qu’on souhaite rendre muet.

 

Engagé depuis le début de sa carrière, l’artiste a réussi le tour de force de passer de l’illégalité aux meilleures galeries à travers le monde. À l’instar de Banksy, son parcours inspirant a montré que l’art surgit de nulle part pour être visible partout. JR est cependant conscient de l’impact de l’image et de ce qu’est devenu le street art. L’artiste déclarait en 2013 : “Ce qui compte ce n’est pas l’image, c’est ce qu’on en fait”. Il met d’ailleurs l’accent sur cette fameuse photo de Ladj Ly qu’il aurait pu vendre à des marques pour satisfaire un business de quelques-uns. Il a préféré en faire profiter tout le monde et c’est en ça que JR est un véritable artiste.

 

Parler de JR permet d’inclure une dimension plus “vandale” de l’art ; de montrer que l’inspiration peut venir sous toutes ces formes. Des lieux, des couleurs, des formats et des œuvres forment un tout inspirant pour les designers de chez Pilot’in.

 

Déclinaison de logo : son importance dans la charte graphique

Site de police d’écriture : notre sélection pour le digital !

WordPress vs Symfony : lequel choisir pour mon projet ?